Nous sommes le Lun 9 Déc 2019 22:15


Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Image Image Image Image

Re: Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Messagede maseramo » Ven 15 Aoû 2014 10:39

Sur la photo ci-dessus, on remarque le système individuel de refroidissement par eau de chaque cylindre (durite chromée). Ce dispositif permettait un iso-refroidissement des cylindres. L'eau n'avait pas à refroidir plusieurs cylindres d'affilé, arrivant chaude au dernier. Pour chaque cylindre, il y avait une arrivée "personnalisée" d'eau et une évacuation individuelle de l'autre côté.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8282
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Messagede maseramo » Ven 15 Aoû 2014 10:41

Image

Fangio sur 450 S en route pour la victoire à Sebring 1957. Atteignant les 300 km/h, la Maserati 450 S était la plus rapide des voitures de Sport de ces années. Elle faisait d’ailleurs peur à beaucoup de pilotes et seuls les meilleurs du moment parvinrent à la dominer. Les plus grands as l’ont conduite (Juan Manuel Fangio, Stirling Moss, Jean Behra), envoutés par sa puissance et par le timbre particulier, rauque et relativement lent, de son V8. Quand tout marchait bien, la 450 S était quasiment imbattable et caracolait largement devant ses rivales, les Ferrari (290 MM, 315 S, 335 S), les Jaguar type D ou les Aston Martin DBR1. Elle ne fut cependant que vice-championne du monde 1957, derrière Ferrari, à cause d’une série de « petites » pannes annexes (pédale de freins, embrayage, roue baladeuse, transmissions) ou d’accidents, lesquels pannes ou accidents survenaient toujours alors que la 450 S menait la course. Jamais son moteur V8 ne l’a trahie.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8282
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Messagede maseramo » Ven 15 Aoû 2014 10:43

Image
L'équipage victorieux de Sebring 1957 : Fangio avec son casque sombre et 2 paires de lunettes (des fois qu'une paire se briserait à cause des gravillons, prudent Juan Manuel !) et Jean Behra avec son casque blanc à lisière à damier


Image
Stirling Moss et son éternel casque blanc prennent le départ des Mille Miglia 1957 à bord de leur 450 S sur laquelle la publicité fait son apparition discrètement (pates Buitoni). Guerino Bertocchi est là en blanc avec casquette. Mais la pédale de frein se brisera étonnement dès le début de la course.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8282
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Messagede maseramo » Ven 15 Aoû 2014 10:48

Stirling Moss est à l'extrême gauche de l'image, Guerino discute avec son quasi sosie derrière "le monstre"
Image
Ecco (voilà) la seule 450 S qui n'ait pas été une barquette. ! Au Mans 1957, Moss pilota un modèle unique, une version coupé de la 450 S surnommée « le monstre ». Ce coupé 450 S est à ce jour la seule Maserati de tous les temps à n’avoir pas été dessinée par un italien ! Omer Orsi, le patron de Maserati, voulait absolument Stirling Moss comme pilote au Mans et concéda que l'auto fut dessinée en Angleterre par Frank Costen, spécialiste en aérodynamique aéronautique. Ce fut cependant Zagato qui réalisa en hâte la carrosserie selon les plans de Costen. Moss regretta de disposer d’une auto fermée car la ventilation de l’habitacle était insuffisante et il souffrit énormément de la chaleur avant d’abandonner sur bris de transmission, tout comme la barquette 450 S de Behra et Simon qui menait la course.
Image
Ce coupé unique fut transformé en 1958 pour devenir une voiture de tourisme, la plus rapide de l'époque. On voit ici Guerino avec un embonpoint certain qui assure la mise en main au bienheureux client :
Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8282
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Messagede maseramo » Ven 15 Aoû 2014 10:50

Image

Image fabuleuse de Guerino Bertocchi à gauche, Stirling Moss au centre et Jean Behra à droite, tous les trois dans la couronne de lauriers, qui fêtent la victoire de la 450 S au Grand Prix de Suède 1957. On a rarement vu Guerino aussi heureux !
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8282
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Messagede maseramo » Ven 15 Aoû 2014 10:51

Image

Le triumvirat de choc de Maserati dans les années 50 : Omer Orsi le directeur à gauche en lunettes de soleil, Giulio Alfieri l'ingénieur en chef à droite, et notre Guerino Bertocchi le technicien en chef de dos en casquette. Ces trois là ont réalisé de grandes choses, plaçant souvent les Maserati de Sport et de Formule 1 devant les Ferrari contemporaines.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8282
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Messagede maseramo » Ven 15 Aoû 2014 11:01

En 1958, la cylindrée en « Sport » fut limitée à 3 litres (à cause de l’accident dramatique d’Alfonso De Portago sur Ferrari 315 S aux Mille Miglia 1957 qui coûta la vie au pilote, à son coéquipier Edmund Nelson et à 9 spectateurs).
Cette nouvelle réglementation coupa les ailes de la 450 S qui, les plâtres essuyés la première année, arrivait à maturité. Heureusement, il n'y avait pas de limitations aux USA, et les 450 S y poursuivirent leur carrière aux mains de Carroll Shelby, de Jim Hall, de Masten Gregory et Billy Krause avec des moteurs marins dérivés du V8 450 S, poussés à 5.5 litres et 520 cv (Tipo 59 apparu en 1959) puis 6.4 litres et 580 cv (Tipo 62 sorti en 1962). Au total, de 1957 à 1962, la 450 S participa à 119 courses et en remporta 31.
La 450 S effrayait déjà pas mal de pilotes en 4.5 litres. Je n'ose imaginer ce que ce devait être en 6.4 litres ! Ces américains avaient un cœur et des c...lles énormes !!

Guerino Bertocchi dispense ses conseils à Masten Gregory (casque blanc) et Carroll Shelby (avec sa mythique salopette rayée) :
Image
Après Froilan Gonzales et les américains, vous allez remarquer aussi dans la suite avec Stirling Moss et Juan Manuel Fangio, que les pilotes écoutent toujours très attentivement Guerino Bertocchi. Normal, c'était aussi un pilote et qui avait souvent rodé lui-même la voiture ! Il y a peu de chefs mécaniciens de nos jour qui pilotent presque aussi bien que leur pilote !!!

Carroll Shelby amène la 450 S à la victoire à Riverside en 1957 :
Image

A Cuba en 1958 ou 1959, Guerino Bertocchi au volant fignole la mise au point de la 450 S de Fangio :
Image
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8282
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Messagede maseramo » Ven 15 Aoû 2014 11:05

A SUIVRE L'EPOPEE DE LA VOITURE PREFEREE DE GUERINO (qui a personnellement assuré les premiers roulages, la mise au point et le rodage de chaque exemplaire !!!) : LA 250 F .....
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8282
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Messagede maseramo » Ven 15 Aoû 2014 15:14

Entamons maintenant la magnifique l'épopée 250 F, avec toujours Guerino Bertocchi pour guide. Il est vrai que Guerino adorait littéralement cette voiture dont il réalisait personnellement les premiers réglages et rodages pour chacun des 33 exemplaires (dont 6 étaient des A6GCM reconvertis), aidé par ses grandes qualités de pilotage et malgré une bedaine pas trop gênante dans les cockpit de l'époque.
Image
On est sur l'autodromo di Modena en 1954, c'est le début de l'aventure 250 F qui s'étendra jusqu'en 1958. Guerino Bertocchi, de dos, regarde tourner Juan Manuel Fangio qui découvre le modèle que Guerino lui a préparé.

La 250 F remporta son premier succès dès sa première course, le Grand Prix d’Argentine 1954 avec Juan Manuel Fangio à son volant. Fangio courut (et remporta) les championnats de Formule 1 en 1954 et 1955 sur Mercedes mais, sa voiture allemande n’ayant pas été prête avant le tiers de la saison 1954, il participa aux trois premières courses de 1954 sur Maserati 250 F, remportant les Grands Prix d’Argentine et de Belgique.
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8282
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: Les hommes de Maserati : Guerino Bertocchi

Messagede maseramo » Ven 15 Aoû 2014 15:20

Image
Guerino heureux dans une 250 F. Les commentaires en sous titré sont de Stirling Moss en 2014 !



Image
On est ici à Silverstone en 1955 ou 1956. La 250 F (2.5 litres) ressemble encore beaucoup à la A6 GCM (2 litres) qui l'avait précédée et n'a pas encore de prise d'air dynamique sur la droite pour les carburateurs (génératrice d'une petite surpression à grande vitesse). Guerino tient le panneau à droite, Stirling Moss est dans le cockpit (casque blanc), Giulio Borsari fait le plein d'essence juste derrière la tête de Moss et est énervé. A l'extrême arrière, un autre mécanicien fait le plein d'huile "à la seringue"
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 8282
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

PrécédenteSuivante

Retourner vers WHAT ELSE ?

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité