Nous sommes le Mar 13 Nov 2018 23:08


"Giamba"

Image Image Image Image

Re: "Giamba"

Messagede ciscoauto » Ven 13 Oct 2017 05:54

J'ai ENFIN pris le temps de lire le récit ! , Magnifique témoignage plein d'humanité dans un milieu ou la mort a été monnaie courante, quelle époque ! Merci Alido ! 1948 était-ce une 4CLT?
François. Quattroporte III
Avatar de l’utilisateur
ciscoauto
V8
 
Messages: 1246
Inscription: Lun 28 Juil 2014 10:03
Localisation: Munich (Allemagne)

Re: "Giamba"

Messagede maseramo » Ven 13 Oct 2017 20:47

Salve Ciscoauto ,
Oui, c'est exactement cela, la première Maserati pilotée par Fangio fut une 4CLT en 1948 :)
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7481
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: "Giamba"

Messagede maseramo » Sam 21 Oct 2017 20:18

Je viens de terminer le livre "Ma vie à 300 à l'heure" : un vrai régal et une mine d'informations.

Comme le bouquin a été écrit en 1961, les événements relatés étaient encore tout frais et l'on a beaucoup de détails.


1950 : Fangio perd le titre de champion du monde de Formule 1 dans la dernière course au profit de son coéquipier chez Alfa Romeo Nino Farina. On n'avait pas rempli totalement son réservoir lors du ravitaillement et Fangio dut ravitailler une fois de plus, laissant filer le titre. Vice-champion, l'argentin Fangio ne perd pas son calme et refuse de voir là une manœuvre pour favoriser un pilote italien.

1951 : Fangio est champion du monde de Formule 1 sur Alfa Romeo.

1952 : Fangio se blesse (fracture de vertèbres cervicales lors d'un accident à Monza sur Maserati A6GCM première série). Il mettra toute l'année 1952 à se remettre. Son ami Alberto Ascari, qu'il appelle affectueusement "Ciccio", remporte le championnat sur Ferrari.

1953 : Fangio vice-champion du monde sur Maserati A6GCM seconde série (dite "interim" et due à l'ingénieur Colombo) derrière Alberto Ascari sur Ferrari.

1954 : Fangio remporte les deux premières courses sur Maserati 250 F puis une série de 4 victoires sur la Mercedes qui n'est prête qu'à partir de juillet. Fangio devient devient champion du monde de Formule 1 pour la seconde fois

1955 : troisième titre de Fangio, entièrement sur Mercedes (qui se retire pour 30 ans de toute compétition à la fin de la saison en raison du drame des 24 h du Mans).

Après une année 1956 chez Ferrari difficile et durant laquelle le soutien de "Giamba" à Fangio fut déterminant pour obtenir de justesse le 4ème titre de champion du monde de Formule 1, Fangio s'est véritablement épanoui chez Maserati en 1957 pour son cinquième et dernier titre, remporté haut la main deux courses avant la fin du championnat.





Au total, sur huit saisons disputées en Formule 1, Fangio fut cinq fois champion, deux fois vice-champion et une fois blessé ! Whaou !

Il y a 60 ans, Fangio en état de grâce en 1957 aux commandes de la sublime Maserati 250 F :
Image

Plein d'anecdotes dans le livre sur Guerino Bertocchi, le chef mécanicien et collaudatore Maserati, qui confirment tout à fait le personnage que l'on pressentait, avec Blu Sera, dans notre dossier :
viewtopic.php?f=36&t=2862
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7481
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: "Giamba"

Messagede Blu Sera » Dim 22 Oct 2017 18:48

Merci Maseramo pour cette fabuleuse anecdote :D
Si je ne te connaissais pas, je crierai au Mythomane :lol:
La vie nous réserve tant de surprises et de belles rencontres.
Ce livre sera sur ma liste 2017 pour le Père Noël, je me réjouis d'y découvrir de nouvelles facettes de la collaboration entre Fangio et Bertocchi ;)
Avatar de l’utilisateur
Blu Sera
V8
 
Messages: 1992
Inscription: Sam 9 Mar 2013 15:32

Re: "Giamba"

Messagede Blu Sera » Lun 8 Jan 2018 20:09

J'ai mis à profit la trêve des confiseurs pour dévorer "Ma vie à 300 à l'heure", qu'on avait judicieusement déposé à mon attention sous le sapin ! Un livre d'occasion très bien conservé, l'édition originale de 1961 n'ayant jamais été rééditée.

La richesse du contenu fait vite oublier un style d'écriture surprenant, juxtaposant les genres de l'interview, du récit et du compte-rendu. C'est ainsi un précieux témoignage de cette glorieuse époque du sport automobile, que j'aime tant observer sur les photos noir&blanc d'époque qui tapissent d'autres pages du forum. Réaliste, prenant beaucoup de recul, Fangio s'exprime avec modestie, et on comprend bien que rien n'est jamais acquis, même pour un champion du monde. Parmi les thèmes poignants abordés, l'accident tient une place particulière. Avec notamment son propre accident à Monza en 1952, celui, terrible, du Mans en 1955 dont il fut témoin, et ceux, trop nombreux, de ses amis pilotes ayant perdus la vie sur circuit. Autre thème marquant, sa relation pour le moins compliquée avec Enzo Ferrari, marquée par la méfiance et l'incompréhension.

Mille mercis Maseramo d'avoir attiré notre attention sur cette émouvante trace d'une glorieuse époque, où Maserati et ses "hommes" (Orsi, Bertocchi, Villoresi, Behra, De Filippis, etc...) tiennent une place de choix.

Bonne lecture ;)
Avatar de l’utilisateur
Blu Sera
V8
 
Messages: 1992
Inscription: Sam 9 Mar 2013 15:32

Re: "Giamba"

Messagede maseramo » Mer 10 Jan 2018 00:20

Merci Blu pour ces commentaires et ton ressenti de ce livre admirable. Les points que tu soulignes sur les dangers de la course et les rapports compliqués avec Ferrari sont en effet à noter.

C'est vrai que Fangio était très préoccupé par l'accident et la mort en course, d'où une étude très approfondie du tracé avant la course, à pied ou en vélo, jamais de dessert sauf si obligé dans un repas servi, 12 heures de sommeil la veille de chaque course, etc ....

Enzo Ferrari ne voulait pas qu'on dise : Fangio gagne, quelque soit la voiture. En acceptant Fangio dans son écurie en 1956, il voulut que ce soit la Ferrari de son coéquipier Peter Collins qui gagne et non pas celle de Fangio, faisant ce qu'il faut dans ce but. C'est Giamba qui comprit le premier cette situation et ouvrit les yeux de Fangio puis négocia avec Enzo Ferrari l'attribution de mécaniciens spécifiques à la voiture de Fangio afin d'avoir des interlocuteurs responsables. Les pannes cessèrent et Fangio remporta de justesse sa quatrième couronne mondiale sur Ferrari en 1956, sur un geste chevaleresque de Peter Collins qui lui passa sa voiture !

En rejoignant l'équipe Maserati en 1957, "coucouné" par Bertocchi, Alfieri et toute la Squadra Corsa, Fangio se sentit ( selon ses propres paroles) "comme à la maison", loin des tensions psychologiques de Ferrari. Cependant, lors des essais du Grand Prix de Monaco 1957 , une très belle actrice se présenta à lui dans les paddock. Dans la soirée, un groom apporta à Fangio un carton d'invitation avec les clés de la chambre de l'actrice. Fangio sentit le piège et déclina cette proposition. Après 12 heures de sommeil, il se présenta le lendemain au départ du Grand Prix qu'il remporta sur sa Maserati 250 F. Un peu après, le directeur sportif d'une marque concurrente (devinez laquelle) dit à Giamba : "je ne savais pas que Fangio avait fait vœu de chasteté"!
"quando turbo spira ...", Dante Alighieri dans "La Divina Commedia"
Avatar de l’utilisateur
maseramo
U16
 
Messages: 7481
Inscription: Dim 8 Jan 2012 10:00
Localisation: Saint-Raphaël (Var)

Re: "Giamba"

Messagede Froggie » Ven 12 Jan 2018 14:58

C'est super d'avoir fait cette rencontre, ce devait effectivement être pour toi Alido, le destin fait bien les choses.
Il va falloir que j'achète ce livre
Avatar de l’utilisateur
Froggie
V8
 
Messages: 1240
Inscription: Jeu 12 Oct 2017 22:50
Localisation: Belgique

Précédente

Retourner vers WHAT ELSE ?

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité